Emile Zola

Edition Libretti , Le Libre de Poche

La mort d’Olivier Bécaille est une nouvelle d’Emile Zola publiée dans le recueil Naïs Micoulin en 1884.

C’est un samedi, à six heures du matin, que je suis mort après trois jours de maladie.

 

Olivier Bécaille, est le narrateur et personnage principal de l’histoire, en provenance de Guérande avec son épouse Marguerite, il arrive à Paris espérant trouver une place .

Le couple s’installe dans un hôtel meublé de la rue Dauphine malheureusement Olivier meurt un samedi matin après trois jours de maladie.

L’enterrement aura lieu quelques jours plus tard mais un événement inouïe s’est réalisé, Olivier Bécaille n’est pas mort il souffre simplement de catalepsie.

Il conserve toute sa conscience mais ne peut pas bouger alors il est enterré vivant, prisonnier de son corps il assiste à la tristesse de son épouse et à ses propres funérailles .

Comment Olivier Bécaille va-t-il sortir de cette situation cauchemardesque?

La mort n’étais donc pas le néant, puisque j’entendais et que je raisonnais. Seul, le néant m’avait terrifié, depuis mon enfance. Je ne m’imaginais pas la disparition de mon être, la suppression totale de ce que j’étais ; et cela pour toujours, pendant des siècles et des siècles encore, sans que jamais mon existence pût recommencer.

Mon avis :

J’ai véritablement apprécié cette nouvelle pleine de sarcasme et d’ironie.

Il est vrai que la situation est rocambolesque mais au-delà des péripéties d’Olivier Bécaille l’auteur nous livre une réflexion sur la vie et la mort.

Le lecteur se demande tout au long de la lecture comment le personnage va s’en sortir ?

Aussi quand la réponse est donnée on s’attend à une chose merveilleuse et pour autant j’ai été déroutée par la tournure des choses.

Zola nous offre une réflexion sur le choix de notre vie qui nous appartient , c’est une expérience douce-amère pour notre héros mais qui lui permettra de s’émanciper de sa vie d’autrefois.



Et si un événement périlleux nous permettait de prendre un nouveau départ?

La mort ne m’effraie plus ; mais elle ne semble pas vouloir de moi, à présent que je n’ai aucune raison de vivre, et je crains qu’elle ne m’oublie. 

Connaissiez-vous cette nouvelle?

Ma note :

❤️❤️❤️❤️

4/5