JessicaBouquine

Le blog d'une lectrice passionnée

Accueil » Chroniques » Des fleurs pour Algernon – 1966

Des fleurs pour Algernon – 1966

Daniel Keyes

Edition j’ai lu

« L’intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l’écroulement mental et moral, à la névrose, et peut-être même à la psychose. »

Ce roman est un classique de la littérature américaine publié premièrement en 1959 au sein d’un magazine de science fiction il fut ainsi édité en 1966.

Le roman épouse la forme épistolaire où le protagoniste dresse des comptes-rendus personnels .

En l’espèce nous faisons la connaissance de Charlie Gordon jeune homme âgé de 32 ans , il est qualifié de simple d’esprit et gagne sa vie en tant qu’apprenti au sein d’une boulangerie.

Se sachant limité intellectuellement le jeune homme décide de prendre des cours d’écriture et de lecture au sein de l’université Beekman , malgré ses efforts des lacunes persistantes existent.

Au sein de l’université des chercheurs le Docteur Strauss et le Professeur Nemur decident de mener une expérience consistant à augmenter l’intelligence humaine, les recherches ont lieu sur Algernon une souris de laboratoire .

Ses facultés sont décuplés à mesure que l’expérience fait ses preuves , les deux scientifiques décident alors de mener l’expérience sur un être humain , Charlie est le candidat idéal il est alors opéré.


Il doit aussi rédiger des comptes-rendus afin d’évaluer ses progrès , des tests aussi lui sont infligés mais le jeune homme est déterminé et veut vaincre son handicap.

« J’ait passé un teste ojordui. Je panse que je lai ratés et je panse que mintenan ils mutiliserons pas. Ce qui est arivé cé que je suis alé au buro du proféseur Nemur, à l’heure de mon déjeuné et sa secrétère m’a en mené a un androit marqué Service psycho sur la porte… ».

Force est de constater que tout comme Algernon Charlie progresse de manière inexpliquée , il acquiert des connaissances notables , un autre monde s’ouvre à lui celui de la connaissance.

Il apprend des langues étrangères , se passionne sur le sens de la vie , de la nature et de toutes ces choses inconnues au commun des mortels.

Alors que ce monde nouveau le passionne Charlie se coupe de plus en plus du monde qui l’entoure se séparant des scientifiques mais aussi de son ancienne professeur Miss Kinnian avec qui il avait entamé une relation…

La question est celle de savoir si la connaissance accrue nous rend-t-elle réellement heureux?

Mon avis :

Cette lecture est un véritable coup de coeur alors que les romans épistolaires ne sont pas mes genres de prédiclection je me suis délectée de ce classique américain.

En effet, c’est un roman de science fiction au sein duquel l’auteur met en relief des thèmes importants , tels le savoir et la connaissance , l’intelligence artificielle et l’eugénisme .


Il met en évidence aussi la différence car depuis son enfance Charlie se sent différent il sait que ses capacités sont limités malgré ses effort il ne parvient pas obtenir les résultats escomptés alors quand cette opportunité survient sans connaitre les risques il se lance.


Nul ne connait les risques d’un projet scientifique nouveau mais il faut des cobayes Charlie en est un .
Cependant la source du problème de Charlie est qu’il veut tout tout de suite et à mesure qu’il augmente sa réserve de connaissance , cela tourne en obsession il veut tout comprendre et connaitre jusqu’a ne plus communiquer avec le monde réel.

Il devient un surhomme et ne peut aimer de part cet intelligence accrue , mais ce qu’il y a de plus dramatique dans cette histoire et qui m’a peiné est la dégénérescence cérébrale d’Algernon puis de Charlie car vivant avec lui il sait que lui aussi va subir le même sort.

Alors il veut reprendre les travaux des scientifiques afin de comprendre où se trouve les failles et rédige un rapport mais peu à près l’autre Charlie prend le dessus.

Il assiste à sa déchéance et se voit régresser sans pouvoir agir contre le phénomène , la nature reprend ses droits mais il se souvient avoir lui aussi avoir été comme les autres et avoir été un génie .

La fin de ce roman est triste et dramatique se terminant par la recommandation de Charlie de mettre des fleurs sur la tombe d’Algernon car il se trouve dans l’asile Warren car il sait qu’il a perdu ce combat .

« Je pense que c’est une bonne chose que j’aie découvert comment tout le monde se moque de moi. J’y ai beaucoup pensé. C’est parce que je suis si bête et que je ne sais même pas quand je fais quelque chose de bête. Les gens pensent que c’est amusant quand une personne pas intelligente ne peut pas faire des choses comme eux ils peuvent. »

En conclusion, ce livre est magnifique et très touchant , malgré le fait que des détails mériteraient d’etre travaillés comme l’opération qu’a subi Charlie par exemple ou la relation entre son ex professeur et lui c’est un récit encore actuel empreint de tolérance et d’amour des autres .


Et vous l’avez-vous lu?

Ma note :

❤️❤️❤️❤️❤️

5/5

jessica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page