JessicaBouquine

Le blog d'une lectrice passionnée

Accueil » Chroniques » Katia ou le bohneur conjugal – 1859

Katia ou le bohneur conjugal – 1859

Léon Tolstoï

Edition Mikrós

La jeune Katia s’ennuie et rêve d’échapper à l’interminable hiver russe qu’elle passe dans la propriété campagnarde de sa famille. Elle attend avec impatience les visites de Serge, un ami de son père. Peu à peu, il lui semble qu’il éprouve de tendres sentiments à son égard, mais que la différence d’âge l’inquiète. Finalement Serge se décide à la demander en mariage…

Tolstoï est un écrivain qu’on ne présente plus de part ses oeuvres majeurs que nous connaissons tous telles Anna Karenine ou encore Guerre et paix , mais qu’en est-il de ses oeuvres plus discrètes?

Comme l’indique la quatrième de couverture nous faisons la connaissance de Katia jeune fille de dix-sept ans qui suite au décès de son père se retrouve seule avec sa gouvernante.

Elle reçoit de temps en temps la visite d’un ami de son défunt père le dénommé Serge Mikhaïlitch.

La jeune fille attente avec impatience les visites de celui-ci car elle en est tombée amoureuse, une cretaine amitié s’installe et Serge aussi ne peut vaincre ses sentiments à son égard malgré ses craintes à cause de la différence d’age .


Cependant, ils décident de se marier , l’amour va-t-il faire fi de la différence d’âge et d’expérience?

Car passé les jours merveilleux de bonheur conjugal les époux sombrent dans une routine et Katia commence à s’ennuyer , elle désire sortir afin de fuir ce quotidien pesant et terne.

Les époux s’enlisent dans un gouffre allant de bêtises , en maladresse et de quiproquos , ces évènements changeront à jamais la vie de ce couple ….

Mon avis :

A travers ce court récit l’auteur met en évidence avec brio les relations conjugales , il nous montre comment un couple sujet à des maladresses peut passer de l’amour à l’amitié.


Nous vivons les désillusions de Katia car l’histoire est écrite de son point de vue , ainsi elle désire vivre mais se rend compte qu’elle n’est pas heureuse.

Alors elle s’engouffre dans les méandres de la vie mondaine , dans les soirées , les sorties de toutes sortes afin de redonner de la splendeur à son existence mais est-ce la solution?

Ce n’est pas un roman tragique et la fin ne l’est pas tout autant cependant c’est un destin de femme qui se questionne sur le sens de l’amour et du couple.

Ce roman permet une réflexion sur les hommes et les femmes , que faire quand la passion des débuts s’amoindrit, quand les attentes des partenaires sont différentes?

Car oui en l’espèce c’est de cela qu’il s’agit , l’auteur oppose la stabilité , les plaisirs simples et la campagne mis en exergue par Serge à la jeunesse , la frivolité et le désir de faire des expériences mis en exergue par Katia.

Les différences entrainent-elles automatiquement l’échec?

Pour ma part je ne le crois pas car nous nous nourrissons de ce que l’autre nous apporte dans le couple.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture car comme d’habitude Tolstoï met en relief avec minutie les sentiments humains de manière simple et fluide ce qui pousse le lecteur à la réflexion.

Ma note :

❤️❤️❤️❤️

4/5

jessica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page