Naguib Mahfouz

Edition Actes Sud , Babel

Traduit de l’arabe par Faiza et Gilles Ladkany , 3 novembre 2010

Roman étranger

Khan al – Khalili vieux quartier du Caire des années 40 est le théâtre de divers sentiments entremêlés .

Ahmad, la quarantaine fils aîné d’une famille appartenant à la petite bourgeoisie tombe amoureux de Nawal sa voisine, une jeune fille agée de seize ans, mais sa timidité l’empeche de lui avouer ses sentiments .

Rouchdi son frère, le benjamin de la fratrie se montre moins réservé, succombant également au charme de la jeune fille il est plus audacieux que son aîné …

Extrait :

C’est ainsi qu’il tomba amoureux. Il l’aima pour ses grands yeux clairs, son regard doux et candide, et la légèreté de son être . Il l’aima parce que ses rêves et le rêve était son seul refuge, la seule chose qu’il possédait vraiment, la lui représentaient à tout instant , parce qu’atteignant la quarantaine , il se retrouvait assoiffé, haletant d’amour et que la soif qui n’est étanchée est la source meme du rêve.

Mon avis :

C’est un excellent roman, que j’ai dévoré en quelques heures !

C’est un véritable coup de coeur !

Naguib Mahfouz dessine une fresque du Caire des années 40, l’on a un témoignage assez précis de l’Egypte durant la Seconde guerre mondiale avec comme toile de fond les bombardements lointains.

Dans ce contexte historique l’amour entre en scène avec la rivalité entre deux frères avec comme objet de désir Nawal.


C’est un roman profondément humain car l’auteur manifeste un style sobre et une écriture tout en finesse.
Les sentiments sont magnifiquement mis en lumière , de même les descriptions permettent au lecteur de confondre la fiction et la réalité.

En effet, bien que publié en 1946 c’est un roman réaliste, ce qui fait de Naguib Mahfouz prix nobel 1988 le « Balzac arabe » communément appelé.

Ma note :

❤️❤️❤️❤️❤️

5/5