Julia Minkowski

JC Lattès

Tous avaient peur. Non pas des sœurs Papin. bien au froid dans leurs étroites cellules de la prison des femmes, mais de leurs propres domestiques. Cette affaire avait révélé aux Nantis que leur pire ennemi logeait dans leur demeure.

Julia Minkowski, avocate pénaliste auteure de l’avocat était une femme avec Lisa Vignoli propose pour son premier roman une plongée au cœur des années 1930 .
Elle traite ici d’un fait divers qui a défrayé la chronique, le crime commis par les sœurs Papin, mais elle dresse aussi le portrait d’une femme libre, Germaine Brière première avocate pénaliste rattachée au tribunal du Mans et son combat pour se faire respecter.

En l’espèce Christine et Léa Papin sont accusées du double meurtre de leur patronne, Rinjard Léonie, épouse Lancelin, et sa fille, Geneviève.
Mais que s’est-il passé pourquoi ces deux soeurs ont-elles commis des crimes d’une telle sauvagerie?

Il y avait-il préméditation et si oui pour quel motif?

Des commentateurs et des enquêteurs cherchent à comprendre car ils constatent des mutilations diverses, l’énucléation et la bouillie sanglante des crimes.

A travers les quarante minutes de délibération Julia Minkowski raconte le procès , on y apprend davantage sur le travail de sa consoeur Maître Germaine Brière, mais aussi sur sa vie, ses peurs et ses attentes car elle assure la défense de l’ainée des soeurs Papin Christine.

Etre femme était déjà en soi une transgression, mais Germaine se refusait pour autant à la rendre invisible

Mon avis :

A la lecture de ce résumé j’ai eu envie de découvrir ce roman malgré la gravité des faits l’histoire se lie très facilement.

L’autrice n’établit pas de jugement de valeur elle a un regard neutre et objectif sur cette affaire qui a défrayé la chronique, la connaissance du milieu juridique n’est pas nécessaire le néophyte s’y retrouve car tout est vulgarisé.

De même elle ne se contente pas de mettre en relief le procès on y apprend davantage sur Germaine Brière une femme déterminée, combattante et en avance sur son époque car elle fait fi des conventions notamment vis-à-vis de sa vie personnelle, en acceptant par amour d’être la maîtresse de Félix Geneslay son confrère.
C’est un personnage que l’histoire a oublié , morte à quarante ans de la tuberculose qui n’a cessé de se battre pour les autres c’est d’ailleurs la première a avoir assisté à l’exécution d’un client en 1932.


C’est une histoire qui peut être transposée à notre époque face à une telle situation que plaider, que croire, se dire que c’est un crime social, une crise de folie, de la légitime défense où est la vérité comme un juré l’autrice nous invite à nous forger notre intime conviction.

A travers ce roman il appartient au lecteur de se prononcer Germaine Brière est-elle l’avocate qui a défendu sa cliente face à une justice d’hommes ou a-t-elle échoué à cette tâche ?

Elle nous invite dans le double crime des sœurs Papin commis le 2 février 1933, mais aussi dans la bourgeoisie feutrée de la préfecture sarthoise où l’on voit que les apparences sont souvent trompeuses.

En définitive ce roman n’est pas un coup de coeur mais j’ai apprécié la plume fluide de Julia Minkowski qui malgré la gravité des faits a su m’emporter cent ans plus tard dans les chroniques de ce fait divers et qui aussi m’a permise de découvrir une figure oubliée en l’instar de Maître Gemaine Brière.

Ma note :

❤️❤️❤️

3/5