Zakiya Dalila Harris

Edition Calmann Lévy

Black Girl est le premier roman de Zakiya Dalila Harris elle s’est servie de son expérience durant trois ans en tant qu’assistante éditoriale au sein d’une maison d’édition afin d’écrire son roman.
Ce roman questionne sur les inégalités et les différences dans le monde professionnel , précisément ici dans le domaine éditorial .

Nella n’était pas dupe. Elle avait compris que les personnages racisées étaient en vogue, tout comme le fait de dénoncer tout ce qui manquait de représentation.

Nella Rogers jeune afro-américaine est assistante éditoriale depuis deux ans au sein de la prestigieuse maison d’édition Wagner , douée elle se destine à une carrière prometteuse.

Néanmoins, le monde de l’entreprise n’est pas de tout repos en manque de diversités , Nella est partagée entre son désir de s’intégrer et son désir d’exprimer ses véritables opinions mais la nécessité de conserver son emploi prime sur ses choix.

Etant la seule noire de l’entreprise, elle est confrontée d’autant à des micro-agressions assez régulièrement .


Aussi, l’arrivée d’Hazel recrutée en tant qu’assistante de rédaction va bousculer le quotidien de Nella , jeune afro-américaine elle est son opposée, autant que Nella cherche à s’intégrer sans se faire remarquer, Hazel est audacieuse et affirme son identité en revendiquant sa culture .

Nella et Hazel se rapprochent et partagent leurs expériences réciproques mais à la différence de Nella Hazel a su s’adapter au sein de la maison d’édition et ce en très peu de temps.
Elle est appréciée par les supérieurs et entretient même une certaine proximité eux , chose que Nella n’a jamais eu en deux ans.

Alors elle se demande pourquoi , est-ce parce-qu’elle est plus douée ou parce qu’elle correspond au stéréotype de la femme noire née à Harlem provenant d’une famille de militants des droits civiques?

A mesure des semaines des événements étranges se produisent, en effet Nella commence à recevoir des notes anonymes, des menaces à l’instar de : « Quittez Wagner. Maintenant ».

Qui est cette personne qui envoie ces notes à Nella d’autant plus que celles-ci n’existaient avant l’arrivée d’Hazel ? Est-ce Hazel et si oui pour quelles raisons?

Nella décide de découvrir quel est l’auteur de ces menaces loin de se douter qu’il s’agit d’une machination ….

Les Blancs n’ont jamais à être aussi conscients d’eux-mêmes que nous.

Mon avis :

Black Girl met en relief les relations interraciales en entreprises , les personnes racées peuvent se retrouver dans les traits que brosse Nella , les micro-agressions , les difficultés de se faire entendre dans un milieu en manque de diversités.

Aussi de manière assez simples et claires l’autrice a su faire passer ce message , le fait d’ailleurs d’avoir mis en parallèles les deux protagonistes met en relief deux visions de la femme noire.
D’un coté Nella qui manque de confiance en elle et de l’autre Hazel qui assume qui elle est et qui l’impose d’une certaine manière aux autres de part sa personnalité .


Les personnages sont habilement dépeints par l’autrice ce qui est un avantage, mais au delà des questions raciales , l’autrice a su mettre en exergue les codes du thriller psychologique .
D’ailleurs cet ouvrage m’a fait penser au film Get out que j’avais vu des années auparavant car il traitait des questions sociétales en ne négligeant pas la trame du thriller .

Ainsi de fil en aiguille l’étau se resserre autour de Nella jusqu’au dénouement finale , l’autrice s’est réapropriée de façon subtile le genre du thriller afin que le lecteur comprenne l’enchevêtrement des situations.


Assurément Zakiya Dalila Harris est une autrice dont on entendra encore parler de part sa vision éclairée du monde , elle a su dresser une fresque sociétale avec habilité ce qui a permis une lecture agréable pour ma part.


La situation de Nella n’est malheureusement pas un phénomène propre aux Etats-unis il est présent partout dans le monde c’est la raison pour laquelle c’est une héroïne à laquelle on peut s’identifier.

Et vous l’avez-vous lu?




Ma note :

❤️❤️❤️

3/5